Prix Simone de Beauvoir 2018
-A +A

L'écriture en mode combat

Condamnée pour avoir dans ses écrits, ses romans, ses essais, ses chroniques dans le journal de gauche Radikal, parlé des viols de jeunes kurdes par les paramilitaires turcs, de la torture dans les prisons, des homosexuels, des dealers de drogues… Asli Erdogan a passé 136 jours en prison.

« Ma littérature est toujours du côté des victimes, ce n’est pas un crime » explique Asli Erdogan. Mais j’ai appris une chose de plus en prison : dans cette vie, il faut attendre la solidarité, et l’amitié, des femmes. Que les hommes ne m’en veuillent pas, ils friment, mais dans ces moment-là, ils sèchent. Les femmes sont beaucoup plus courageuses. » 

A 50 ans, Asli Erdogan construit une oeuvre magnifique, source d’inspiration pour la résistance de la population turque, traduite dans le monde entier (en France son oeuvre est publiée par Actes Sud) et montre un courage politique inouï. « En prison je ne pensais pas à résister, dit-elle simplement. Résister c’est naturel chez moi, comme l’écriture, je ne suis qu’un écrivain. » Sa lutte pour l'émancipation des femmes s'inscrit dans un combat général pour la défense de la justice et de la liberté d'expression, dans un pays qui a arrêté et emprisonné une centaine d’intellectuels et de journalistes. 

 

BIOGRAPHIE D’ASLI ERDOGAN


Née le 8 mars 1967, Asli Erdogan a fait des études de physique et d’informatique, intègre à 24 ans le CERN à Genève (centre européen de recherche nucléaire) où elle était chargée de recherche en physique nucléaire, elle a ensuite décidé de se consacrer à l'écriture.

Ses livres ont été traduits en de nombreuses langues y compris l’arabe.

  • Le Mandarin miraculeux (Mucizevi Mandarin), 1996.
  • La Ville dont la cape est rouge (Kırmızı Pelerinli Kent), 1998.
  • Les Oiseaux de bois (Tahta Kuşlar), traduit en 9 langues, traduction française par Jean Descat, Actes Sud, 200924.
  • Je t'interpelle dans la nuit (Gecede Sana Sesleniyorum) traduction française de Esin Soysal-Dauvergne en 2009.
  • Le Bâtiment de pierre (Taş Bina ve Diğerleri), traduction française en 2013 chez Actes Sud.
  • Le silence même n'est plus à toi, traduction française par Julien Lapeyre de Cabanes, Actes Sud, 2017