Prix littéraire
-A +A

Marc Dugain, lauréat du prix Paris Diderot, Esprits libres 2018

Des personnes détenues du centre pénitentiaire sud francilien (Seine-et-Marne), hommes et femmes ont participé au jury de la 5e édition du prix littéraire Paris Diderot – Esprits libres. Réuni autour de Frédéric Gros, lauréat 2017, le jury a choisi de décerner le prix 2018 au roman de Marc Dugain, Ils vont tuer Robert Kennedy, paru chez Gallimard.

Composé de 6 hommes et 6 femmes, le jury était cette année présidé par Frédéric Gros, lauréat 2017 pour son ouvrage Les Possédées. Les membres ont été accompagnés dans leurs travaux par Régis Salado et Carine Trévisan, enseignants chercheurs en littérature à Paris Diderot, et par Valérie Petit et Karen Letourneau, bibliothécaires départementales.

 

Les ouvrages et les auteurs en lice cette année :

  • Philippe Claudel, L’Archipel du chien (Stock, avril 2018)
  • Aline Kiner, La Nuit des béguines (Liana Levi, août 2017)
  • Lola Lafon, Mercy, Mary, Patty (Actes Sud, août 2017)
  • Patrick Modiano, Souvenirs dormants (Gallimard, sept. 2017)
  • Alice Zeniter, L’Art de perdre (Flammarion, août 2017)
  • Marc Dugain, Ils vont tuer Robert Kennedy (Gallimard, sept 2017)

 

Une initiative originale de l’université Paris Diderot et de sa Fondation

Depuis plus de 40 ans, l’Université agit pour la diffusion du savoir et de la culture auprès de ceux qui en sont éloignés. Elle est actuellement l’une des seules universités françaises à disposer d’un service dédié à l’enseignement en prison. La Fondation Paris Diderot, créée en 2011, soutient et accompagne les projets de son université en milieu carcéral. Il s’agit d’une initiative inédite en Île-de-France qui offre aux personnes détenues participants, femmes et hommes, la possibilité de lire des ouvrages auxquels ils n’ont généralement pas accès et de découvrir des auteurs contemporains. Il place les personnes détenues dans une posture inattendue - celle de jurés -, sollicite leur sensibilité et leur capacité d’échange et de discussion, les met en situation de responsabilité vis-à-vis de leur mission.

Les actions culturelles, comme celles initiées pour le prix littéraire "Esprits Libres", sont organisées par les services pénitentiaires d’insertion et de probation (SPIP) de Seine-et-Marne en lien avec le chef d’établissement pénitentiaire et dans le cadre de partenariats culturels. Ces pratiques s’inscrivent dans les missions de prévention de la récidive et de réinsertion confiées à l’administration pénitentiaire.

L’acquisition des ouvrages a été prise en charge par le Département de Seine-et-Marne.