Portrait croisé
-A +A

Nouvelle direction à l’UFR Études anglophones

Jean-Marie Fournier et Charles-Edouard Levillain dirigent en duo l’UFR Études anglophones depuis quelques semaines.

« Très clairement, c’est le projet de création d'une nouvelle université qui me motive aujourd’hui à reprendre ce poste de direction » explique Jean-Marie Fournier. Ce professeur des universités, spécialiste de l’époque romantique anglaise, avait déjà dirigé l’UFR Études anglophones de 2010 à 2013. « Cette expérience me permet d’être directement dans le vif du sujet. Le projet de l'Université de Paris suscite des interrogations et nous devons mettre toute notre énergie à valoriser les atouts de l’UFR pour trouver notre place dans la nouvelle structure ».

Pour l’aider dans cette mission, Jean-Marie Fournier a demandé à Charles-Edouard Levillain de l’épauler au poste de directeur adjoint. « La tâche est lourde, nous ne serons pas trop de deux pour assurer l’ensemble des réunions, pour être à l’écoute de nos collègues et pour dialoguer avec la direction de l’université ». Charles-Edouard Levillain, professeur d’histoire britannique, découvre les rouages administratifs. « Jusqu’à aujourd’hui, je consacrais l’essentiel de mon temps à la recherche. J’ai accepté de relever ce défi aux côtés de Jean-Marie pour faire valoir les qualités de notre UFR ». Et ils ont des arguments. L’UFR Études anglophones est reconnue à l’international pour ses travaux de recherche, notamment au travers des publications du laboratoire LARCA, unité mixte Paris Diderot-CNRS. « La palette des travaux de recherche est très large, les chercheurs explorent les champs de la linguistique, de l’histoire, de la littérature et sortent très souvent des sentiers battus en promouvant des approches pluridisciplinaires et en s’intéressant de près à la culture populaire dans chacun de ces domaines ».

Une recherche dynamique et une pédagogie innovante

Autre point fort de la composante, l’inventivité pédagogique. L’UFR Études anglophones a une longue tradition d’innovation depuis sa création aux lendemains de 68. « Pendant longtemps, l’UFR occupait son propre immeuble rue Charles V dans le Marais. L’identité forte de l’UFR attirait des enseignants qui ne venaient pas là par hasard », nous explique Jean-Marie Fournier. Les professeurs s’adressent toujours à des étudiants qui se destinent aux métiers de professeurs, de chercheurs ou de traducteurs. Mais de plus en plus, ils se sont adaptés aux étudiants et au monde économique en ouvrant des Masters professionnels dédiés à la communication ou aux sciences politiques.

« Sans être fermés aux autres UFR et à d’éventuelles évolutions, nous souhaitons préserver nos spécificités, nos recherches et maintenir la belle cohésion de nos équipes », soutiennent Jean-Marie Fournier et Charles-Edouard Levillain.

UFR Études anglophones

L'UFR Etudes anglophones assure la formation des étudiants depuis la licence jusqu'au doctorat, en passant par le master et la préparation aux concours de l'enseignement.