Prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes
-A +A

Sara Garcia Gross, lauréate 2019

Le Prix 2019 a été remis à Sara Garcia Gross, le 9 janvier dernier à la Maison de l’Amérique Latine, par Sylvie Le Bon de Beauvoir, présidente d’honneur, et Sihem Habchi, présidente du Jury.

C'est un soutien sans faille que l'université Paris Diderot apporte au Prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes depuis sa création. "Un engagement mais aussi un plaisir de retrouver celles et ceux qui font vivre l'héritage et le combat de Simone de Beauvoir à travers le temps et l'espace" comme l'a rappelé Christine Clerici, présidente de Paris Diderot.

C'est cette fois sur le Salvador que le jury a choisi de braquer les projecteurs pour dénoncer sa politique répressive de l'avortement et honorer le combat de Sara Garcia Gross, coordinatrice exécutive du « Rassemblement citoyen pour la dépénalisation de l’avortement » (Agrupacion Ciudadana por la Depenalizacion del Aborto).

Le Salvador tient en effet l'une des pires places au palmarès des pays qui nient le droit à l’avortement. Depuis 1997, interrompre une grossesse y est rigoureusement interdit, même en cas de viol, malformation du fœtus, danger pour la santé de la femme enceinte. Considéré comme un homicide aggravé, l’avortement y est qualifié de crime et est passible de lourdes peines de prison. Les conséquences de cette interdiction absolue de l’avortement non seulement affectent les femmes qui souhaitent interrompre leur grossesse, mais aussi entraînent régulièrement la condamnation à la prison de femmes victimes de fausses-couches spontanées et que l’on accuse d’avoir avorté. La Cour constitutionnelle a décidé que « les droits de la mère ne pouvaient pas primer ceux de l’enfant à naître »

Sara Garcia Gross intervient au niveau des juridictions répressives, lors de procès de femmes poursuivies pour avortement. Il s’agit non seulement de défendre ces femmes, mais aussi de faire progresser le droit en s’adressant aux juges. Un combat qui fait bien entendu écho à celui de Gisèle Halimi, lors du célèbre procès de Bobigny (1972). 

Donner le Prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes à Sara Garcia Gross, c’est reconnaître que son action s’inscrit dans la lignée de celle de Simone de Beauvoir. Il s’agit aussi d’offrir, depuis la France et l’Europe, un appui à son travail en faveur des droits des femmes.

 

Le prix Simone de Beauvoir 2019 dans la presse 

RFI 

TV 5 Monde

Le Monde

La prensa grafica

Prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes

Le prix Simone de Beauvoir pour la liberté des femmes a été fondé par Julia Kristeva en 2008, à l’issue du colloque international organisé à Paris pour le centenaire de Simone de Beauvoir (9 janvier 1908- 14 avril 1986). Sylvie Le Bon de Beauvoir...
Prix Simone de Beauvoir 2019

Les lauréates du Prix 

2008 - Taslima Nasreen & Ayaan Hirsi Ali
2009 - Le collectif « One million signatures » (Iran)
2010 - Ai Xiaoming et Guo Jianmei
2011 - Ludmila Oulitskaïa
2012 - Association tunisienne des femmes démocrates
2013 - Malala Yousafzai
2014 - Michelle Perrot
2015 - National Museum of Women in the Arts
2016 - Giusi Nicolini
2017 - “Sauvons les femmes”, Barbara Nowacka
2018 - Asli Erdogan
2019 - Sara Garcia Gross