Parole d'alumni
-A +A

Soufiane Haddani, ingénieur et futur médecin

Soufiane Haddani peut se targuer d'avoir un parcours aussi riche qu'atypique ! Diplômé de l'Ecole d'Ingénieurs Denis Diderot, il est aujourd'hui étudiant en médecine. Il évoque avec nous ses choix en matière de formation.

Votre parcours à l'université Paris Diderot ?

Je suis arrivé à l’université après un passage en Sports Etudes (athlétisme). J’ai intégré le cycle préparatoire aux concours d’ingénieurs dirigé par Stéphane Vassout. C’est une formation très solide qui se distingue des classes préparatoires en lycée car on est en contact direct avec le monde de la recherche. J’ai étudié en Mathématiques, Informatique et Physique.
A l’issue de cette prépa, j’ai été admis dans plusieurs écoles d'électronique en région parisienne et en province mais j’ai fait le choix d'intégrer la première promotion de l'école d'ingénieurs qui venait d'être créée à Paris Diderot : l'Ecole d'Ingénieurs de Denis Diderot (EIDD).

Ce choix a été perçu comme atypique par mon entourage mais je voulais vraiment assister au processus de création et de développement d’une école d’ingénieurs. Je me suis dit également que nous serions très bien encadrés ! Cela s’est vérifié : nous étions une douzaine d’étudiants à bénéficier de cette organisation toute nouvelle. Enfin, ce choix m’a permis de personnaliser mon parcours grâce aux nombreuses spécialités proposées. La pluridisciplinarité de l’université, c’était important pour moi.

Cela m’a permis de concilier un enseignement ambitieux en Physique, Sciences de l’ingénieur, Mathématique et Informatique tout en prenant des cours de chinois et en assistant aux formations d’anglais du Centre de Ressources en Langues. C’est ainsi que j’ai pu poursuivre mes études en Suède, aux Etats-Unis et en Allemagne.

Que vous a apporté l'université Paris Diderot et quel souvenir en gardez-vous ?

Au cours de mes différents séjours à l’étranger, j’ai pu mesurer à quel point la formation reçue à l’université Paris Diderot était riche et solide. Elle m’a permis d’affronter sereinement les programmes d’établissements différents et prestigieux  (Umea University, Louisiana State University, Aachen University et Harvard Medical School).

La pluridisciplinarité a été un vrai plus ! Tout comme ma spécialité Architecture des Systèmes Physiques de l'EIDD. Tout cela m’a donné une vision d’ensemble des systèmes sur lesquels je devais travailler et m’a permis de proposer des solutions rapides et efficaces lors de différents projets d’ingénieurs.

J’étais très fier d’être à l’étranger un étudiant de Paris Diderot et de l’EIDD. Je me suis même fait imprimer un sweat à leur effigie pour en porter les couleurs sur les campus américains ! Ce que j’y ai acquis : ouverture d’esprit, capacité d’adaptation ainsi que les méthodes d’organisation me serviront tout au long de ma carrière professionnelle.
Je garde de nombreux souvenirs de Paris Diderot : le soutien du corps enseignant, la Halle aux Farines et ses longs couloirs. Mon code EDUROAM également, je l’utilise encore !

Que faîtes-vous aujourd'hui ?

Actuellement je suis étudiant en médecine et travaille en tant que chercheur en imagerie médicale et autres dispositifs médicaux. Je suis également assistant de bloc opératoire en chirurgie digestive, urologique et esthétique.
Apres l'obtention de mon diplôme d'ingénieur de l'EIDD, je me suis dirigé vers l'ingénierie médicale. La médecine a toujours été une passion pour moi, quelque chose de familial aussi : mon père est chirurgien cardio-vasculaire et mon frère interne en chirurgie cardiaque. Malgré mon attrait pour l'ingénierie et la physique, cette discipline scientifique me manquait.

Avec mes deux masters recherche en Informatique biomédicale et en capteurs spécialité nucléaire et médicale j'ai travaillé aux Etats Unis à Harvard Medical School et au Massachusetts General Hospital comme chercheur en imagerie médicale. C'était une expérience très enrichissante qui m'a convaincu d'aller plus loin et d'enfiler la blouse blanche. Pour moi, le fait d’avoir ces deux casquettes de médecin et d’ingénieur est une vraie valeur ajoutée !
Aujourd'hui je partage donc mon temps entre les matinées à l'hôpital, les après-midi en cours et avec des projets de recherche en imagerie ou en instrumentation médicale, et quelques nuits blanches de garde !

Un réseau des Alumni, pourquoi ?

Je ressens une vraie fierté d’avoir étudié à Paris Diderot et à l’EIDD. Lorsque j’ai étudié aux Etats-Unis, j’ai vu que là-bas les universités sont considérées comme des institutions presque sacrées. Elles ont une identité très forte et il existe un sentiment d’appartenance. C’est comme faire partie d’une grande famille. Tout cela est renforcé par le football américain, les fraternités, les réseaux de diplômés ou les cérémonies de remise de diplôme et je me suis dit que cela nous manquait en France ! C’est pour cela que je m’étais imprimé mon sweatshirt aux couleurs de Paris Diderot et de l’EIDD.

Lorsque je suis revenu en France, Giuseppe Leo qui est le directeur de l’EIDD avait organisé une cérémonie de remise des diplômes et j’ai trouvé que c’était une très bonne initiative pour fédérer un réseau d’almni. Ce sont des bases solides qui permettront à l’université de rayonner davantage encore.

Ma motivation première c’est de garder un lien fort et de l’officialiser au delà du diplôme ! On est uni par une identité commune avec les autres alumni et j’espère en retrouver et en rencontrer de nouveaux pour échanger sur nos expériences respectives, partager des idées et des opportunités de carrière. Rester également disponibles pour les étudiants, pouvoir les aider grâces à nos parcours, je trouve que c’est également très important !