Médecine
-A +A

Test réussi pour la simulation

Pierre-François Ceccaldi et Patrick Plaisance dirigent la plateforme de simulation en santé ILumens Diderot depuis bientôt deux ans. L’heure est venue pour eux de faire un premier bilan et de détailler les nouveautés du plateau.

 

Le centre de simulation ILumens Diderot a été inauguré en février 2017. Quel bilan tirez-vous de ces premiers mois d’activités ?

Patrick Plaisance : Le bilan est très positif, nous avons réussi à fédérer tous les acteurs de l’UFR Médecine, et même au-delà, autour du projet. Je vous rappelle que Pierre-François et moi y travaillons depuis 2011. Avec le soutien des deux doyens successifs, nous sommes parvenus à ouvrir le centre ILumens, qui je l’espère, répond aux attentes des uns et des autres. La plupart de nos confrères, qui enseignent la médecine, ont compris l’intérêt et la pertinence de la simulation dans l’apprentissage de nos disciplines. D’ailleurs beaucoup sollicitent le conseil pédagogique de l’UFR pour mettre en place des parcours d’apprentissage sur le site Pajol. J’ajoute que les retours des étudiants sont aussi très positifs.

 

Pierre-François Ceccaldi : Je dirai même que ça se passe encore mieux que ce que l’on avait imaginé. Il y a une véritable émulation, nous avons trouvé de nombreux relais pour développer la plateforme. Y compris dans les équipes administratives et techniques. Le centre est devenu attractif, aux yeux de la communauté universitaire, mais aussi de nos partenaires extérieurs comme certaines institutions ou entreprises.

 

Depuis l’ouverture, le centre de simulation s’est-il développé ? Quels exemples pouvez-vous nous donner ?

Pierre-François Ceccaldi : Nous avons recruté un ingénieur, Vincent Lemarteleur, qui modélise le corps humain et peut imprimer en 3D des organes normaux ou pathologiques. C’est une innovation pédagogique fantastique répondant aux exigences éthiques et écologiques, très utile en chirurgie ou en anatomie par exemple. Nous développons aussi le concept du patient standardisé, notamment en formation initiale avant de faire les stages à l’hôpital. Jusqu’à aujourd’hui, ce sont des médecins qui jouaient les patients, mais pour être encore plus près de la réalité, nous cherchons progressivement à engager des comédiens professionnels.

Patrick Plaisance : Nous avons également investi dans des nouveaux équipements : le mannequin d’un bébé prématuré haute-fidélité, un simulateur d’échographie… Il y a un autre point que nous cherchons à étendre : la formation continue. Le centre de simulation accueille déjà des professionnels de la santé dans le cadre d’un diplôme universitaire (DU). Et sous l’impulsion de Claire Paquet, des formations qualifiantes courtes, d’une ou de deux journées, devraient bientôt voir le jour à destination des praticiens hospitaliers ou des médecins en ville. Toutes ces initiatives sont possibles grâce à l’obtention de financements auprès de l’ARS, des fonds européens et du mécénat.

 

Le centre ILumens se caractérise aussi par sa dimension interdisciplinaire. Il n’y a pas que des étudiants en médecine et des médecins qui fréquentent le site Pajol. Qui vient se former ici ?

Patrick Plaisance : Nous accueillons par exemple des élèves infirmiers lors des séances portant sur la ponction lombaire. Des étudiants en médecine apprennent ce jour-là non seulement l’acte technique mais aussi à bien collaborer avec les futurs infirmiers qui seront amenés à travailler avec eux.

Pierre-François Ceccaldi : Des étudiants infirmiers anesthésistes, en pédicurie et podologie fréquentent aussi le centre ILumens. Nous accompagnons l’universitarisation des professions paramédicales ; d’ailleurs, une post-doctorante et deux autres doctorants, issus des IFSI, disposent d’un bureau sur le site Pajol pour avancer la recherche sur cette question.

Mots clés >

Histoire et géométrie

En compléments de l'atelier  "Éléments de géométrie d'Euclide au XIXe siècle : une source d'inspiration pour les enseignant⋅es ?" animé par D. Baroux et M. Bühler au collloque Géométries d'hier à demain : pratiques, méthodes, enseignement (Poitiers...

La plateforme de simulation en chiffres

Nombre d’heures de formation initiale : 506 h 30

Nombre d’étudiants formés : 1 285 étudiants en médecine
et paramédicaux

Nombre de journées de formation continue : 613, pour 48 professionnels formés