Université de Paris
Marc Chaussidon, directeur de l'IPGP, Christine Clerici, présidente de Paris Diderot et Frédéric Dardel, président de Paris Descartes
-A +A

Vers une grande université de classe mondiale à Paris

Des sciences exactes aux sciences de l’Homme et de la société, une grande université pluridisciplinaire de recherche de classe mondiale sera créée à Paris en janvier 2019 ; elle deviendra le premier pôle académique et scientifique en sciences de la vie et de la santé, et en sciences de la Terre et des planètes.

Les conseils d’administration des universités Paris Descartes et Paris Diderot, de l’Institut de physique du globe de Paris (IPGP) et de la Comue UPSC ont donné leur feu vert au dépôt d’un nouveau dossier IdEx (Initiative d’excellence), dans le cadre des Investissements d’avenir, qui prévoit la création d’une nouvelle université.

Issue de la fusion de Paris Descartes et Paris Diderot et de l’intégration de l’IPGP, cette université proposera pour la première fois sur le territoire de Paris, une offre universitaire et scientifique totalement pluridisciplinaire. Elle participera à l’incarnation d’un Paris moderne ouvert sur le monde, la jeunesse et les savoirs. L’étendue de ses partenariats académiques (Sciences Po, Inalco, la FMSH, la Sorbonne Nouvelle, Paris 13, l’EHESP et l’ENSAPVS), scientifiques (CNRS, Inserm, IRD, Ined, Inria) et internationaux lui confère un positionnement remarquable. 

Elle sera dotée d’une vision stratégique globale partagée avec les organismes de recherche et d’une puissance académique et scientifique. La mise en œuvre de cette stratégie s’appuiera sur une subsidiarité avec chacun des regroupements de composantes (Sciences, Humanités et sciences sociales, Santé).

 

Cette université de recherche intensive sera mondialement reconnue :

  • pour l’excellence de sa recherche et de sa formation, depuis les sciences exactes et expérimentales jusqu’aux sciences de l’Homme et de la société, en passant par les disciplines juridiques et économiques, et pour sa pratique établie de l’interdisciplinarité sur de grands enjeux sociétaux,
  • pour son pôle en sciences de la santé, unique en France et leader en Europe, et pour son institut de référence en sciences de la Terre et des planètes,
  • pour sa promotion de l’innovation pédagogique et de l’expérience étudiante, et pour ses interactions avec la société.

 

Des structures transversales aux regroupements de composantes - collège des licences ; collège des études doctorales ; comité recherche et comité formation en appui au sénat, …- favoriseront l’interdisciplinarité en formation comme en recherche.

L’IPGP développera sa stratégie en plein accord avec celle de l’université.

Les autres membres de USPC intègreront cette démarche dans le cadre de partenariats privilégiés fondés sur des laboratoires d’excellence partagés ou portant sur des projets collaboratifs en recherche et en formation, portant notamment sur des grands défis tels que les aires culturelles et les études globales, la gouvernance des sociétés contemporaines, la santé publique ou encore la transition numérique.

TOUT SAVOIR SUR LE PROJET

Un site web, en français et en anglais est en ligne : www.universiteparis2019.fr

Les internautes peuvent y retrouver l’ambition mais aussi des chiffres clés, un calendrier des différentes échéances et une FAQ enrichie au fur et à mesure des questions posées via le formulaire mis à disposition des communautés.

Puissance scientifique

Impact des publications

  • 8,5 % des publications françaises (Scopus).
  • 12,8% des citations d’articles français (Scopus).


Prix et distinctions

  • 100 contrats ERC entre 2008 et 2017 dont 63 depuis 2012
  • 18 prix nationaux (Inserm et CNRS) et internationaux depuis 2011
  • 77 membres de l’Institut universitaire de France depuis 2008


Classements internationaux et visibilité

La future université entrera dans le top 50 de Shanghai, avec au moins 8 disciplines dans le top 50, dont 4 dans le top 25. 


Selon les classements ARWU, elle entrerait :

  • au Top 25 mondial en Mathématiques, en Physique, en Sciences de la terre et en Médecine clinique.
  • au Top 50 mondial en Biologie humaine, Pharmacie, Technologies médicales et Odontologie.

Poids académique

 58 000 étudiants

  • 1 300 en STAPS
  • 7 100 en Droit, sciences économiques et AES
  • 11 500 en sciences et sciences de l'ingénieur 
  • 15 400 en langues, lettres et sciences humaines et sociales
  • 22 700 en santé (Médecine, Pharmacie, Odontologie, Maïeutique)


4 500 chercheurs et enseignants-chercheurs, dont près de 1 500 chercheurs permanents des organismes de recherche

3 000 personnels administratifs et techniques