-A +A

Doctorat Mathématiques (ED 386)

Domaine ministériel >
Sciences, Technologies, Santé
Composante de rattachement >
UFR MATHEMATIQUES
Lieu de formation >
Université Denis Diderot
Niveau d'étude visé >
BAC+ 6
Durée de la formation >
3
VAE >
Non

Présentation

Cette École Doctorale repose sur un tissu de laboratoires et d’équipes de grand renom et au premier plan national. Les Masters recherche qui la composent fournissent une grande partie des recrutements, tant au niveau des universités françaises qu’au niveau du CNRS. Mais c’est aussi dans les entreprises et les industries que les étudiants venant de ces masters trouvent des emplois. La palette de formations est très large puisqu’elle combine presque tous les domaines en mathématiques (pures et appliquées) et aussi en informatique.
L’École Doctorale en Sciences Mathématiques de Paris Centre a été créée en janvier 2000 par l’association des Etablissements Universitaires suivants :
Université Pierre et Marie Curie, Paris VI
Université Denis Diderot Paris VII
L’école doctorale de Sciences Mathématiques de Paris-Centre regroupait alors tous les masters de mathématiques et d’informatique des Universités de Paris 6 et Paris Diderot dont le siège se trouvait sur le site Chevaleret. La palette des cours était ainsi l’une des plus riches puisque, autour de ses masters de mathématiques et d’informatique, les aspects les plus récents dans la discipline ont pu être enseignés.
Lors du précédent contrat quadriennal, la responsabilité des doctorants est passée des directeurs de masters aux directeurs de laboratoire, et la constitution actuelle est centrée sur les laboratoires.
Ainsi le noyau du Conseil de l’École doctorale est aujourd’hui constitué des responsables de laboratoires de l’ED. Il est complété par les deux directeurs des masters Paris 6 et Paris Diderot.
Cette évolution est en accord avec la réforme dite « LMD » qui se met en place et remanie profondément le paysage Bac+5. La mutation des DEA en M2, appartenant désormais au « Master » et non plus au niveau « D » les place de facto hors du périmètre de l’École doctorale. Le terme d’École doctorale doit donc maintenant compris dans son acception la plus naturelle : une école de doctorants.
Malgré des rythmes quadriennaux différents une cohérence forte entre les offres de formation des deux universités en M2. permet toujours d’offrir une palette très large de cours, notamment dans des domaines « pointus » ou « rares ».
Le panel de cours est aussi amélioré par la mise en place de cours de niveau « D1 » qui sont proposés des maintenant dès cette année et qui seront amenés à se développer dans les années qui viennent.
En l’état, le contour de l’Ecole doctorale est le même que dans le précédent contrat quadriennal, la modification relative aux équipes externes est réellement à la marge. Il est à noter aussi que ce contour est principalement calqué sur celui de l’Institut Fédératif et montre ainsi la cohérence scientifique qui existe sur le site « Chevaleret ».
Enfin, une maturation de la nature des emplois de doctorant se poursuit et la place de ceux-ci, comme membre à part entière des laboratoires est actuellement mieux définie.
Sur un plan national et régional, en termes d'offre de formation à et par la recherche, la taille très importante des différentes formations irriguant l’ED ainsi que la taille et le rayonnement du centre « Chevaleret », permettent à notre ED de continuer à jouer un rôle majeur sur la carte nationale en sciences mathématiques. C’est un souci constant que nous devons avoir afin de profiter de ce large public pour permettre la naissance de formations rares et d’initiatives non traditionnelles aux interfaces entre mathématiques et informatique et, au-delà, avec d’autres sciences.

Enseignements

Organisation de la formation

Admissions

Modalités de candidature